Nous empoisonnons la planète
autant que nos veines

OVERSHOOT DAY
Notre planète est à découvert !


Le 2 août, une semaine plus tôt qu’en 2016, l’humanité a consommé toutes les ressources naturelles renouvelables disponibles chaque année. Si nous ne réagissons pas dès maintenant, en 2030, il nous faudra à peine 6 mois pour être à découvert avec des conséquences dramatiques pour notre planète.

12306

ecoacteurs

Avec un don vous nous
donnez le pouvoir d'agir

Inondations Sud-Est : limitons les risques liés au climat

04/10/2015
Fondation Nicolas Hulot

Cannes a reçu l’équivalent de deux mois de pluie en l’espace de deux heures le samedi 3 octobre 2015. Ce chiffre fourni par l’Observatoire français des tornades et orages violents illustre bien la violence des intempéries survenues dans les Alpes-Maritimes. Selon France Info, si le phénomène a surpris par son ampleur, les habitants devraient toutefois se faire une raison. C’est ce qu’a laissé entendre Laurent Fabius, le lundi suivant sur Europe 1. Pour le ministre des Affaires étrangères, ce « drame épouvantable » risque de se reproduire « si on n’agit pas suffisamment vite » sur le climat.

Si les scientifiques avancent prudemment sur le lien entre la catastrophe qui a endeuillé sur le Sud de la France et le réchauffement climatique, nous ne pouvons qu’alerter sur les risques majeurs que ce dernier fait courir à un nombre croissant de personnes sur la planète.

Le problème des réfugiés climatiques pourrait bien être le défi majeur du XXIème siècle. Sur les 22 millions de personnes ayant dû abandonner leur domicile en 2013 à la suite d’une catastrophe naturelle, 31% ont été déplacées du fait de désastres hydrologiques (inondations) et 69% du fait de catastrophes météorologiques (tempêtes, ouragans, typhons).

Avec 19 millions de déplacés à cause d’inondations, de tempêtes ou de séismes, l’Asie est le continent le plus touché mais aucune région du monde n’est épargnée. Le typhon Haiyan qui s’est déchaîné aux Philippines en novembre 2013 a battu tous les records, provoquant le déplacement de 4,1 millions de personnes.

« Une hausse indubitablement liée au réchauffement climatique»

Pour François Gemenne, chercheur spécialiste des migrations environnementales, interrogé par le journal Le Figaro, «cette tendance à la hausse est indubitablement liée au réchauffement climatique». Si les typhons et les ouragans ont toujours existé, ils sont aujourd’hui «plus violents, plus fréquents, et suivent des trajectoires inattendues». Et le rapport ne mentionne que les déplacés de catastrophes, et pas les «réfugiés climatiques ayant subi une dégradation lente de leur environnement», comme c’est le cas des habitants des Iles du Pacifique, condamnés à quitter leur habitat à cause de la montée des eaux, un phénomène directement lié au changement climatique.

Sources : lefigaro.fr

50 millions de personnes contraintes de quitter leur lieu de vie en raison du changement climatique

Les Nations unies (ONU) évaluent à 50 millions le nombre d’habitants qui pourraient être contraints de quitter leur lieu de vie en raison des conséquences du changement climatique : avancée du désert de Gobi en Chine, qui s’agrandit de 10 000 km2 par an, inondations au Bangladesh et dans le delta du Nil, submersion d’archipels comme les îles Tuvalu où 11 600 personnes sont menacées par l’élévation du niveau de la mer, ou encore le recul des glaces et du trait de côte induit par la fonte du pergélisol et par la montée chaque année croissante des eaux qui menace directement plus de 200 communautés inuit et amérindiennes d’Alaska. L’érosion ou la désertification des sols menace les marges de l’Europe, dont la Turquie concernée par 160 000 km2 de sols cultivables dégradés par l’érosion et le manque d’eau. En Égypte ce sont environ 50 % des terres arables irriguées qui sont déjà touchées par la salinisation.

Estimé à 25 millions de personnes début 2008 par Janos Bogardi, le nombre d’écoréfugiés est en augmentation constante. D’ici à la fin du siècle, le nombre des réfugiés climatiques pourrait être porté à 150 millions.

Agir contre le réchauffement climatique implique:

  • de s’adapter aux inévitables bouleversements liés au réchauffement climatique et dont les conséquences sont d’ores et déjà inévitables ;
  • de mettre en place des politiques volontaristes pour prévenir les risques liés aux changements climatiques, notamment en mettant en œuvre une coopération efficace entre pays développés et pays en développement.

1 an après la COP21, nous devons redoubler de vigilance pour obtenir de nos décideurs qu’ils tiennent leurs engagements. En faisant un don dès maintenant, vous nous donnez les moyens de faire pression efficacement pour obtenir la mise en œuvre effective de l’Accord de Paris.

Ensemble, nous pouvons limiter le réchauffement climatique à 2°C.

Partagez cet article:
Faire un don Retour à la rubrique

Découvrez également

COP 22 : AVIS DE TEMPÊTE SUR LE CLIMAT !

23/11/2016
Fondation Nicolas Hulot
Présente à Marrakech, la Fondation Nicolas Hulot décrypte les négociations à travers sa météo du climat. 2016 est l’année la plus chaude jamais enregistrée, avec son lot morbide d’évènements climatiques extrêmes et leurs conséquences humanitaires. A Marrakech, la COP 22 entre ainsi dans une zone de turbulence.  
urgence-overshoot-ecoacteur-alaune

JOUR DU DÉPASSEMENT / OVERSHOOT DAY – 8 août 2016

29/07/2016
Fondation Nicolas Hulot

Nous somme le 8 août et l’humanité a déjà consommé autant de ressources naturelles renouvelables que ce que la Terre peut produire sur l’année entière. C’est le Jour du Dépassement Global (« Earth Overshoot Day »).

ecoacteur 2016
EN FAISANT UN DON VOUS NOUS DONNEZ
LE POUVOIR D’AGIR

POUR FAVORISER L’ÉMERGENCE D’UN NOUVEL AXE DE DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE NOUS AVONS BESOIN D’AGIR SUR LE LONG TERME

La réussite de la transition écologique nécessite un engagement sur le long terme pour aboutir. En faisant un don régulier à la Fondation pour la Nature et l’Homme, vous favorisez l’émergence d’un nouveau modèle de société plus respectueux des hommes et de la planète.

Je fais un don régulier

POUR INCITER LES DÉCIDEURS À FAIRE
LE BON CHOIX DÈS MAINTENANT

1 an après la COP 21, nous devons redoubler de vigilance pour obtenir de nos décideurs qu’ils tiennent leurs engagements. En faisant un don dès maintenant, vous nous donnez les moyens de faire pression efficacement pour obtenir la mise en oeuvre effective de l’Accord de Paris.

Je fais un don
AGIR C'EST AUSSI DONNER DE LA VISIBILITÉ
À NOS ACTIONS !
ENSEMBLE
embrassons l’espoir
de la COP21
POUR NOTRE AVENIR.
#ECOACTEUR www.fondation-nicolas-hulot.org
AUJOURD’HUI
Faisons émerger
des solutions économiques
POUR LA PLANÈTE.
#ECOACTEUR www.fondation-nicolas-hulot.org
Nous pouvons
obtenir la mise en œuvre
de l’accord de Paris
POUR LE CLIMAT.
#ECOACTEUR www.fondation-nicolas-hulot.org